L'Institut de Génétique Humaine se mobilise pour apporter une réponse scientifique à COVID-19

FabriceHybeMinL'Institut de Génétique Humaine se mobilise pour apporter une réponse scientifique à COVID-19, en offrant son expertise et ses installations pour lutter contre la pandémie.

Au cours de la pandémie de COVID-19, l'Institut de Génétique Humaine et ses chercheurs ont participé à la lutte contre le virus. Nous nous sommes fixés 2 objectifs.

Le premier est l'optimisation du test RT-PCR en éliminant l'étape d'extraction d'ARN des échantillons de patients et la miniaturisation du test permettant le développement d'un nouveau test à grande échelle basé sur un séquençage massif et destiné au dépistage de la population.

Le deuxième vise à idientifier une activité antivirale à partir d'une banque de médicaments ciblés approuvée par la FDA.

Nous avons donc isolé SARS-Cov-2 à partir d'un échantillon nasopharyngé de patients, établi un test d'infectivité, un test TCID50 et un test de quantification de l'ARN viral en utilisant la technique de RT-qPCR.
Merci à Montpellier Biocampus MGX, aux chercheurs du LPHI et installation CEMIPAI nous avons pu atteindre avec succès nos objectifs.

En effet, nous avons développé avec succès une détection basée sur le SARS-Cov-2 NGS à l'aide d'échantillons nasopharyngés (Figure 1). La procédure est en cours de validation par le Centre National de Référence de l'Institut Pasteur à Paris. Notre objectif est de transférer cette technologie aux laboratoires de biologie médicale afin d'effectuer des tests COVID-19 à grande échelle.

Notre crible de médicaments ciblés approuvés par la FDA nous a permis d'identifier deux composés ayant une forte activité antivirale in vitro (brevet déposé). Nous explorons actuellement le mécanisme moléculaire impliqué (Figure 2). Trois chercheurs de l'IGH, Clement Mettling (1), Gael Petitjean (2) et Monsef Benkirane ont travaillé h24 pour faire aboutir les deux objectifs. Un grand merci à nos collaborateurs Laurence Berry, Talip Aydogan du LPHI et Franck Godiard de l’UM qui ont observé en microscopie électronique les particules du SARS-cov-2 et les cellules infectées (Figure 3), Delphine Muriaux et Sébastien Lyonnais du CEMIPAI pour les images du virus en microscopie à force atomique (Figure 4), Laurent Journot et tous les membres du centre Montpellier GenomiX ainsi que Vincent Foulongne et Michel Segondy de l'hôpital de Montpellier pour leurs précieux échantillons de patients. Sans eux, nos objectifs n’auraient pas pu aboutir.

Un grand merci à Olivier Schwartz de l’Institut Pasteur (Paris) pour les cellules A549 ACE2 et Delphine Muriaux pour les cellules VeroE6. Merci à Antoine Petit (PDG du CNRS), André Le Bivic (Directeur de l’INSB) et Philippe Augé (président de l'Université de Montpellier) pour leur soutien.
Nous remercions chaleureusement Madame Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche pour sa visite à l’IGH (3-5) et pour les discussions constructives et son soutien aux deux projets.

Clement Mettling

Gael Petitjean

Visite à l’IGH de madame Frédérique Vidal,
ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche

Illustration Covid-19 réalisée par Fabrice Hyber