Découverte d’un nouveau mécanisme épigénétique à l’origine d’une activité anti-tumorale

L’équipe de Giacomo Cavalli démontre chez la drosophile qu’un complexe de protéines du groupe Polycomb, un répresseur épigénétique de l’expression génique, exerce une fonction anti-tumorale en se fixant spécifiquement à des centaines de gènes impliqués dans le contrôle de la prolifération, la signalisation et la polarité cellulaires. Cette fixation massive est également observée dans des cellules humaines différenciées. Cette étude, publiée dans la revue Nature Genetics, ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine de la cancérogenèse.

En savoir plus